• Nos élèves ? Tous des cerveaux !

    Voici le titre du premier café pédagogique auquel j'ai assisté, aujourd'hui même !

    Animé par Françoise Buzzi, Delphine Mangeot, l'objectif était de repartir avec des astuces et méthodes de neuroéducation pour enseigner et apprendre autrement.

    Nos élèves ? Tous des cerveaux !

     

    Les applications des neurosciences (qui étudient l'anatomie et le fonctionnement du cerveau) en classe peuvent agir sur 3 points principaux :

    • L'attention
    • L'estime de soi
    • La mémorisation

     

    Nous avons visionné cette vidéo de Bruno Della Chiesa sur les neuromythes

    Il y explique notamment que l'on peut apprendre tout au long de sa vie, que les deux hémisphères du cerveau fonctionnent ensemble et que les émotions influent sur l'apprentissage.

     

    Plusieurs expérimentations ont été menées sur les neurosciences dans l'éducation :

    • Monteil a souligné à quel point le contexte et le regard que l'élève porte sur lui-même influe ses réussites : les élèves se bloquent plus facilement quand on précise que c'est de la géométrie plutôt que du dessin ou encore quand on prévient que le travail sera ramassé.

     

    1. L'attention : penser à préciser AVANT aux élèves que ce qui suit va être important
    2. L'engagement actif, avec la participation, cela me fait penser aux travaux en ateliers des collègues PE
    3. Le retour d'information : on apprend en se trompant, attention donc à la peur de l'erreur... Pourquoi ne pas mettre une affiche : "Les erreurs sont la preuve que l'on essaie" (trouvée sur ce site...) l'utilisation des ceintures (encore chez les PE, par exemple chez Charivari) permet de mieux gérer les différences de rythmes en permettant aux élèves de se tromper
    4. La consolidation, avec l'automatisation (faire répéter et mettre en entraînement souvent) et le sommeil, une application possible est les petits rituels (toujours chez les PE, par exemple dans la classe de Mallory)

     

    Un exemple d'application nous a été donné, puisque les animatrices enseignent dans des neuroclasses et font travailler leurs élèves autrement. Plus d'info sur le projet neurosup ici...

    Françoise Buzzi nous a alors parlé de cette méthode, la mise en place, l'évolution et les limites mais le bilan est néanmoins très positif :

    • mise en place dans une classe "classique", par l'ensemble de l'équipe éducative
    • les élèves apprennent comment fonctionne le cerveau
    • avant les vacances de Toussaint, chaque enseignant fixe un objectif d'apprentissage (carte mentale, droit à l'erreur, attention, mémoire à court terme, ne pas procrastiner...) qui est expliqué et "saupoudré" durant les heures de cours de la matière, des astuces sont données au fil de l'année
    • les élèves disposent d'un carnet de bord avec leurs progrès, leurs difficultés...
    • il y a un bilan sous forme de QCM avant chaque vacances et l'élève peut y voir ses progrès
    • les élèves sont : plus motivés, plus autonomes, plus confiants, les résultats sont en hausse
    • Avec des limites tout de même  car l'équipe change (les nouveaux ne sont pas formés) et 1/10 des élèves n'adhère pas au projet

     

    Nous nous sommes ensuite intéressés aux  principes de la neuro-éducation, l'alliance entre les neuroscience & l'éducation... J'en ai tiré cette carte mentale :

    principes de neuro-éducation

    • Rassurer : éviter le stress, graduer la difficulté, aller du connu vers l'inconnu
    • Raconter pour s'approprier : pour passer du mental à l'écrit, i y a l'oral : je comprends, je dis, j'écris
    • Motiver : pour que les élèves fabriquent de la dopamine qui fixe la mémoire, avec des jeux, des blagues, des points en plus...
    • Solliciter l'attention : prévenir quand quelque chose est important, faire le lien avec l'engagement actif
    • Personnaliser : avec des souvenirs, des anecdotes, ce qui est proche (collège, ville...), utiliser ses propres images pour coder et annoter le cours
    • Séquencer : découper les tâches, en particulier lors des consignes (sortez vos livres, ouvrez-les page..., on fait l'ex ...)
    • Aérer : nous ne pouvons pas rester concentrer plus de 15 minutes (respirer, changer d'activité...)
    • Réduire le bruit : surtout les bavardages, on peut éventuellement travailler avec un fond musical (sans parole)
    • Répéter : beaucoup s'entraîner, faire une synthèse en fin d'heure (pendant les 5 dernières minutes)
    • Synthétiser en fin de chapitre : sur une seule face, par exemple avec une carte mentale
    • Régulariser l'apprentissage : apprendre dans les 24 h, les élèves revoient le cours le soir (plutôt que la veille du cours suivant) : ils auront vu la notion 3 fois ce jour donc le cerveau percevra ça comme important ; revoir la semaine suivante puis 1 mois plus tard
    • Regrouper : utiliser des moyens mnémotechniques
    • S'accompagner des parents

     

    Astuce pour les élèves qui veulent arrêter de bavarder : ils fixent un point de la salle 10 à 20 secondes

    Pour aller plus loin :

    un dossier sur les neurosciences

    Travaux de Mme Toscani, au sein du GRENE

    et dans les Vosges : Mme Pocard et l'ecole des savoirs essentiels; applications en SEGPA par Mme Favier à Clémenceau

     

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :