• Cent mille milliards de poèmes, Raymond Queneau

    Voici une œuvre qui arrive à mêler les mathématiques et la littérature...

    Plusieurs questions mathématiques auxquelles on peut essayer de répondre :

    • Ce titre est-il correct ?
    • Combien de temps faut-il pour lire une telle œuvre ?

    Cent mille milliards de poèmes, Raymond Queneau

    Cent mille milliards de poèmes est un livre de Raymond Queneau, paru en 1961.

     

    • Ce livre est composé de 10 pages, chacune découpée en 14 bandes, sur chaque bande est écrit un vers. Quand on veut choisir un sonnet, on choisit vers par vers.

    Il y a 10 possibilités pour le 1er vers.

    Pour chacune des possibilités du 1er vers, il y a 10 possibilités pour le 2ème vers.
    Au total pour ces deux vers, il y a 100 possibilités. (10 x 10 soit 10²)

    Pour chacune des possibilités des deux premiers vers, il y a 10 possibilités pour le 3ème vers.
    Au total pour ces trois vers, il y a 1 000 possibilités. (10 x 10 x 10 soit 10 puissance 3)

    Et ainsi de suite, pour les quatorze vers, il y a 10 puissance 14 possibilités,
    c'est à dire 100 000 000 000 000 possibilités donc cent mille milliards !

    Le titre reflète effectivement le nombre de poèmes dans le livre !

     

    • Mais combien de temps faudrait-il pour tout lire ?

    Cent mille milliards de poèmes, Raymond Queneau

    D'après la préface : "En comptant 45 secondes pour lire un sonnet et 15 secondes  pour changer les volets à 8 heures par jour, 200 jours par an, on a pour plus d’un million de siècles de lecture, et en lisant toute la journée 365 jours par an, pour 190 258 751 années plus quelques plombes et broquilles (sans tenir compte des années bissextiles et autres détails)."

    Autant dire que le but de l'ouvrage n'est pas de lire l'ensemble des  sonnets possibles mais bien de s'intéresser au jeu des rimes et découvrir comment devenir "lecteur des mathématiques".

     

    Quelques liens pour prolonger :

     

    D'autres œuvres en lien :

    La cimaise et la fraction, du même auteur, dont voici une analyse, trouvée sur le site de l'académie de Nancy-Metz :

    La cimaise et la fraction a été re-parodiée par Hervé Le Tellier avec un contenu plus "mathématique" et (surtout) avec du sens :

    Une petite vidéo qui présente le livre ici...

    Et un fichier avec des débuts d'arbres pour présenter quelques possibilités... De quoi impressionner quand on regarde la dernière page sur laquelle on voit les possibilités pour les choix des deux premiers vers uniquement !


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :